loader image

Surmonter la phobie d’impulsion durant les fêtes de fin d’année

Les fêtes de fin d’année ! Cette période magique où les rues s’illuminent, les chants de Noël résonnent et… votre anxiété monte en flèche. Pour ceux qui souffrent de phobie d’impulsion, les fêtes ne sont pas seulement une période de joie et de partage, mais aussi un terrain fertile pour les pensées intrusives et irrationnelles. Ces belles petites connasses sont toujours là, pardonnez mon langage de quartier mais entre-nous, ces pensées, ça craint.

Pendant que tout le monde s’affaire à préparer un Noël magique et inoubliable, vous paniquez à l’idée que votre belle-mère fasse office de dinde (oui ok, c’est peut-être la pensée la plus réaliste, pour le coup), et ni une ni deux, qu’elle finisse découpée sur le plat de service ! Vous avez peur de jeter votre enfant par la fenêtre pendant qu’il pique une crise de nerf, car son jouet préféré n’est pas au pied du sapin ou que vous avez oublié les piles comme tous les ans ? Pas de panique, personne ne finira en rondelle, et le nain ne passera pas Noël écrasé frontalement sur le bitume.

Pour cela, nous allons explorer dans cet article des stratégies pour gérer les phobies d’impulsion durant cette période un peu particulière !

Phobie d'impulsion durant les fêtes de fin d’année : pourquoi j’ai peur de péter un câble ?

La pression sociale et les attentes :

On ne va pas se mentir, les réunions familiales et les festivités de fin d’année ne sont pas toujours une partie de plaisir. Entre belle-maman qui va critiquer le repas, votre frère qui monopolise la conversation avec ses histoires d̶e̶ ̶c̶u̶l̶ de travail interminables, et votre cousin, le lourd de service qui va poser toujours plus de questions sur votre vie…
L’envie de prétendre à un début de grippe pour éviter la dinde sèche de maman se fait sentir !

Et pour vous qui gérez une phobie d’impulsion, ces situations ne sont pas juste chiantes, elles sont carrément un champ de mines émotionnel. Chaque commentaire désobligeant, chaque regard de travers, peut déclencher des pensées intrusives. Bien souvent, elles apparaissent même des semaines avant le jour J, vous projetant toujours plus dans des scenarii tous plus sanglants les uns que les autres !

Vous vous retrouvez alors à jongler entre le désir de répondre aux attentes de chacun et la peur irrationnelle de faire ou dire quelque chose d’impulsif qui pourrait tout gâcher.

Surcharge et sur-stimulation :

Les lumières qui clignotent en boucle, Mariah Carey en mini-jupe rouge qui braille ce putain de chant de Nöel PARTOUT où vous allez, sans compter cette période de vacances scolaires durant laquelle Jules, Alice et Jean-Eudes ont décidé de retourner la maison… Autant de sollicitations qui génèrent beaucoup de surcharge émotionnelle, d’angoisse et d’anxiété, qui font resurgir votre peur de perte le contrôle… En bref c’est le cocktail idéal pour amplifier les symptômes de la phobie d’impulsion, transformant des moments de célébration en véritable cauchemar.

Là vous vous dites sans doute « Ok mais je compte bien manger mon foie gras à Noël et je ne compte pas me débarrasser des enfants… Alors comment on va gérer ça ? » Et vous avez raison, dans la prochaine section, nous aborderons des méthodes pour gérer le stress et l’anxiété, vous permettant ainsi de relâcher la pression.

Fêtes de fin d’année et phobie d’impulsion : Comment gérer les pensées intrusives ?

Planification et organisation

La clé pour s’en sortir durant les fêtes avec une phobie d’impulsion réside dans une planification minutieuse et une organisation réfléchie. Cela peut sembler être une tâche un peu lourde, mais avec quelques astuces simples, vous vous sentirez en sécurité plus serein(e) !

1. Établir un planning des tâches : commencez par créer un planning et incluez non seulement les événements auxquels vous devez assister, mais aussi les moments dédiés aux préparatifs, mais n’oubliez pas de vous REPOSER ! Soyez réaliste quant à ce que vous pouvez gérer, vous n’êtes pas là pour faire une démonstration de vos talents de cuisto’ dans Top Chef, ni pour prouver à la terre entière que vous êtes parfait(e). Car vous ne l’êtes pas, et je suis largement pire que vous.

2. Prioriser les activités : toutes les activités ne sont pas égales en termes d’importance et de plaisir. Classez-les en fonction de leur importance pour vous. Ainsi si décorer la maison de fond en comble vous stresse, optez pour une décoration plus simple ou déléguez cette tâche à d’autres membres de la famille qui y trouvent du plaisir. Après tout, là ou y a de la gêne y a pas de plaisir !
N’insistez pas, on parlera une autre fois de trucs graveleux, en plus Depardieu est occupé en ce moment.

3. Déléguer des tâches pour réduire la charge de travail : rappelez-vous que vous n’avez pas à tout faire seul(e). Déléguer des tâches peut être un excellent moyen de réduire votre charge de travail et votre stress. Que ce soit pour la préparation des repas, les achats de cadeaux, ou la décoration, demandez de l’aide. Cela peut également être une opportunité de passer du temps de qualité avec vos proches, transformant une tâche stressante en un moment de plaisir. Plus votre charge est importante, plus les phobies d’impulsions risquent d’apparaitre.

Apprenez à mettre des limites :

Je sais qu’il peut être très compliqué pour vous de mettre des limites à certaines situations, mais apprendre à le faire vous aidera à progresser pas à pas avec votre phobie d’impulsion sans vous retrouvez en panique dans la cuisine le couteau à la main !

Apprendre à dire non et à établir des limites claires avec la famille et les amis :

Cela peut commencer par des phrases simples mais claires comme « Non, merci, je ne veux pas organiser le repas de Noël cette année » ou « Je passe mon tour pour la buche ! « . Vous pourriez craindre de déclencher la Troisième Guerre mondiale en refusant de participer à ce genre de préparatif, mais rappelez-vous : votre tranquillité d’esprit vaut bien le regard désapprobateur de tata Nicole ! Quelle aille se faire cuire un marron, après tout vous avez-vous aussi le droit de relâcher la pression.

Se donner la permission de prendre des pauses et de s’éloigner des situations stressantes :

Ça y est les nains ont ouverts leurs cadeaux ! Votre conjoint a fait sauter le bouchon de champagne et votre beau-père commence à vous saouler avec ses histoires d’enfances, et vous saturez au taquet. C’est à ce moment-là qu’il est crucial de reconnaître quand vous avez besoin d’un moment pour vous. Lorsque vous sentez la tension monter, n’hésitez pas à vous retirer temporairement.

Sortez prendre l’air, trouver un coin tranquille pour vous détendre et prendre un peu de recul sur vos pensées. Vous verrez, ces petites pauses peuvent grandement vous aider ! Rappelez-vous que prendre soin de vous est une priorité, surtout en période de stress.

Techniques de relaxation et de pleine conscience :

Maintenant qu’on a vu comment s’organiser, et se libérer du temps pour soi, nous allons voir comment vous relaxer et vous détachez de ces satanées pensées.

Accepter ce qui est : Vous ne pourrez pas faire sans cette phobie d’impulsion, c’est une évidence, du moins pour l’instant, mais vous pouvez l’accepter pour ce qu’elle est, c’est-à-dire une peur qui se traduit par des pensées intrusives qui ne vous définissent pas, bien au contraire.

Pratiquer la méditation :

La méditation n’est pas juste une activité pour les bobos qui aiment le tofu et protéger la planète avec leur vélo hollandais : elle peut être un vrai moment de détente et de bien-être, une pause durant cette période mouvementée. Alors confier vos marmots à votre conjoint, mettez-vous une petite musique douce, enfiler votre meilleure tenue cocooning (Comme le jogging pilou pilou qui ferait fuir monsieur ou bien le T-shirt geek que vous avez depuis vos 15 ans et que vous assumez à moitié) et c’est parti ! Laissez-vous guidez par le bruit des vagues.

Même s’il ne s’agit pas de vider votre esprit de toutes pensées, mais plutôt d’apprendre à les observer sans jugement et à les laisser passer, cette méthode peut vraiment vous apaiser.

Pratiquer des exercices de respiration :

Les exercices de respiration, quant à eux, sont peut-être l’outil le plus accessible. Respirer profondément et consciemment peut être fait n’importe où et à tout moment. Des techniques comme la respiration diaphragmatique qui soulage les tensions musculaires, en particulier dans la région du cou et des épaules. Cependant la respiration en 4-7-8 est une méthode particulièrement intéressante, voici comment la pratiquer :

1. Placez votre langue : Positionnez le bout de votre langue juste derrière vos dents de devant supérieures.

2. Respirez par le nez pendant 4 secondes : Inspirez silencieusement par le nez pendant un compte de quatre.

3. Retenez votre respiration pendant 7 secondes : Retenez votre souffle pendant un compte de sept.

4. Expirez complètement par la bouche pendant 8 secondes : Faites un léger bruit de sifflement en expirant lentement et complètement pendant 8 secondes.

5. Répétez le cycle : Répétez ce cycle au total quatre fois.

Au début, il est normal de trouver l’exercice un peu difficile, surtout si vous n’êtes pas habitué à contrôler votre respiration. Avec le temps et la pratique, cela deviendra plus naturel et plus facile. Surtout ne forcez pas, prenez le temps de bien respirer.

Et sachez qu’il existe moult techniques de respirations, le but étant de trouver la meilleure pour vous, celle qui vous convient le plus.

NOTE : Ma solution pour en finir avec les Phobies d’impulsion

Oui, je suis content.
Surtout pour toi car tu vas aller mieux très vite. Depuis 2022, et des années de pratique auprès de mes patients atteints de phobies d’impulsions, j’ai développé la méthode dont je rêvais depuis longtemps, et qui est accessible entièrement en ligne.

Bref si tu veux en savoir plus sur ma thérapie en ligne, je t’ai préparé une super petite vidéo de présentation et tu vas rencontrer mon visage, attention c’est particulier : « EN FINIR AVEC LES PHOBIES D’IMPULSION« 

Et si vous avez des questions à propos de ma méthode, je vous invite sur ma page Facebook, Instagram ou Tiktok pour voir mes posts bizarres et/ou discuter avec moi (ou écrivez-moi, j’arrive presque encore à répondre à tout le monde).

· Reconnaître la difficulté de la personne et offrir un soutien émotionnel : Votre sœur à peur vous couper en rondelle ? Votre cousin à peur de se jeter par la fenêtre ou votre conjoint à parfois des pensées du genre « tiens et si je foutais le gamin dans le congélateur avec la bûche ? Et bien montrer de la compréhension et de l’empathie même si cela peut vous semblez absurde car une chose est certaine, la phobie d’impulsion est une lutte réelle et souvent difficile à vivre. Un simple « je suis là pour toi » ou « Je te comprends » peut faire toute la différence.

· Éviter de minimiser ou de ridiculiser ses craintes et ses inquiétudes : Il peut être tentant de dire des choses comme « N’importe quoi » ou « C’est juste dans ta tête », et bien ne faites pas ça … Jamais, ça ne sert à rien à part aggraver la situation et rendre la personne encore plus anxieuse.

· Proposer une aide pratique tout en respectant son espace et ses limites : offrir de l’aide pratique peut être extrêmement utile, que ce soit pour les tâches ménagères, les préparatifs des fêtes, ou simplement être là pour écouter. Cependant, il est important de respecter leur espace et leurs limites. Demandez-leur comment vous pouvez aider et respectez leurs réponses, même si cela signifie les laisser seuls.

· Encourager la personne à utiliser des méthodes de gestion du stress : n’hésitez pas à leur conseiller les points que nous avons abordé plus haut. De la méditation aux exercices de respirations, cela ne pourra que l’aider à se sentir mieux.

La phobie d’impulsion pendant les fêtes de fin d’année peut représenter un défi considérable, mais avec les bonnes stratégies et le soutien adéquat, il est possible de gérer efficacement le stress et l’anxiété. Et au pire, vous buterez tout le monde et serez la star des fêtes de fin d’année sur TF1. Je déconne bien sur, il ne se passera rien car vous êtes justement dans une phobie d’impulsion, et qu’on ne passe jamais à l’acte.

Dans tous les cas si vous souffrez de phobie d’impulsion il est important de consulter un professionnel de la santé ! N’hésitez pas à vous rendre sur la page « Les thérapies » afin de bénéficier de mon soutien et de dire adieu une bonne fois (gras) pour toute aux phobies d’impulsion grâce à ma thérapie en ligne.

« J’ai peur de me suicider, au secours ! »
« Le stress et la peur panique, quelles différences ? »
« Comment sortir de la phobie d’impulsion ? »
« La phobie ça me réussi »

Cédric Daudon
Cédric Daudon
https://cedric-daudon.com/
Je suis Psychologue Cognitiviste spécialisé dans les phobies d'impulsions, les troubles anxieux, les relations toxiques et les problématiques liées à l'enfance. J'exerce en cabinet et par des thérapies en ligne, grâce à la thérapie Cognitive & Comportementale et à l'EMDR. Je suis également le fondateur des centres thérapeutiques & pluridisciplinaires "Sur un Nuage".

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GUÉRIR DÉFINITIVEMENT DE LA PHOBIE D'IMPULSION

La thérapie en ligne pour en sortir

Accédez gratuitement aux premières vidéos de la Thérapieen ligne et recevez mes conseils gratuits pour en finir avec la Phobie d’impulsion.